L’innocence perdue de l’informatique

« Depuis le détecteur de mensonges, la pollution des mers, Verdun et les gaz de combat,
nous avions compris que le progrès technique ne serait un vrai progrès que s’il l’est aussi sur les plans humain,
social et culturel … la question sous-jacente étant : sommes-nous capables,
en tant qu’humanité, d’un bon emploi de notre potentiel technologique, de n’en garder que les bienfaits? »

http://www.hebdo.ch/les-blogs/longet-ren%C3%A9-la-suisse-et-le-monde/linnocence-perdue-de-linformatique